mardi 19 décembre 2017

Marque-pages (3e fournée)

 
Des fleurs Tilda par bouquets

Chaque année, en même temps que les biscuits de Pâques ou de Noël, je prépare une fournée de marque-pages, car ce sont des petits cadeaux très appréciés ; et puis ils sont un peu ma marque de fabrique puisque je les ai créés de toute pièce.

J'en suis donc à la 3e déjà !

Je vous les présente rapidement. 






Spécial Noël



 
Liberty sans modération

Spécial acrobates et petits Rats (Tissu Tilda)

Un peu de printemps (Tissu Tilda)

Pour ceux qui seraient tentés par l'expérience, voici comment je procède (désolée je n'ai pas pensé à prendre des photos du pas à pas. J'espère que ce sera clair):

Fournitures :
 - tissus variés (soignez le choix des tissus pour un rendu magnifié)
 - rubans assortis (0.3 mm de largeur)
 - breloques
 - perles (j'utilise des perles en verre)
 
Mon patron mesure 15 x 4 cm. 
A 12,5 cm, il faut faire partir 2 lignes obliques vers le centre pour former la pointe.
Prévoir une marge de couture.

Une fois le patron reporté sur un tissu plié en 2 (endroit contre endroit, comme il se doit), on colle une viseline thermocollante sur une des faces (côté envers of course). Cela permet de donner de la tenue au marque-page. 
Si on utilise un tissu très fin type liberty, on peut même en coller sur les 2 faces. Cela ne facilité pas l'étape du retournement, mais donnera par contre un résultat plus maîtrisé.
Attention si les motifs de votre tissu ont un sens (comme sur les marque-pages "cirque" avec l'acrobate et l'éléphant): il faut veiller à ce que les 2 pans soient correctement orientés.

Découper un ruban (environ 11-12 cm). Enfiler les perles sur celui-ci puis insérer la breloque en faisant dépasser le ruban de quelques centimètres à l'arrière.

Faire une petite couture sur le ruban pour emprisonner les perles (de part et d'autre de la breloque). Remettre les perles en place pour cacher la couture, et faire un nœud, qui évitera aux perles de se "promener" sur le ruban.

Faire un petit repère au stylo sur le haut du marque-page pour marquer le centre. Cela permettra de centrer correctement le ruban.

Faire le montage : positionner les tissus endroit contre endroit et insérer le ruban entre les 2. Épingler.

Coudre soigneusement les contours en laissant une ouverture de 3 cm environ sur le côté. (Si on ne fait pas quelque chose de bien rectiligne, cela se voit).
Faire une couture renforcée en haut, au niveau du ruban, pour l'arrimer solidement.
Faire bien attention de ne pas prendre le ruban dans la couture sur le côté (cela arrive même aux meilleurs 😉).

Le cas échéant, recouper la marge de couture pour la réduire et obtenir un résultat soigné. 
Couper soigneusement au niveau des angles.
 

Retourner. Utiliser une aiguille à tricoter ou une pique pour faire apparaitre les angles.

Repasser.

Découper un mince rectangle de viseline double-face d'une taille proche de la longueur de l'ouverture, et l'insérer à plat dans cette dernière, sur le bord. 
Repasser sans vapeur.
Cela permet de donner l'impression que le marque-page est entièrement cousu de l'intérieur. On peut aussi refermer l'ouverture aux point invisibles, mais pour ma part je trouve que cela est plus... visible.
 
C'est fini ! 😃


Je n'aurai pas le temps de confectionner d'autres choses d'ici Noël ou même le Jour de l'An, je pense (j'ai l'impression d'être sur un toboggan qui glisse vers le 24 décembre ! Il y a encore plein de choses à faire pour être au point !).

Aussi permettez-moi de vous souhaiter de très joyeuses fêtes de fin d'année, placées sous le signe de la magie, l'abondance et la sérénité 🎅🎄🎇




Crédit pour le visuel du sapin: http://www.felicityfrench.co.uk/index.html

 

mardi 5 décembre 2017

N'oublie pas mon petit soulier (Bottes de Noël)



Nous voici déjà en décembre, et Noël se profile à l'horizon !

Comme chaque année, je me suis lancée dans la confection d'une décoration.
Les précédents Noël, je m'étais frottée à un bonhomme de neige, des boules, un sapin en tissu et des suspensions en forme de cœur

Cette fois j'ai eu envie de confectionner des bottes de Noël, très populaires dans la culture anglo-saxonne, et destinées à recevoir des friandises ou de petites surprises.

Mine de rien, il n'a pas été si facile de dénicher un modèle qui me convienne : A mon sens, les formes de celles qu'on trouve communément sur internet ou même dans les livres Tilda, manquent souvent d'harmonie (dans les Tilda elles me semblent trop grandes et longues); et quant à la déco, on peut dire que beaucoup glissent facilement vers le kitsch !

Mais j'ai fini par jeter mon dévolu sur un modèle dont j'ai apprécié les proportions et la sobriété très "shabby chic", grâce notamment à l'utilisation du lin.  

En voici ma version, déclinée en 2 couleurs :



 Les bottes sont doublées, pour plus de tenue et une meilleure finition.


Cet ouvrage est très facile à réaliser et il permet d'exprimer sa créativité comme on le souhaite. 
Pour ma part, ayant utilisé des tissus déjà très décoratifs, j'ai opté pour la sobriété et n'ai pas rajouté de customisation autre que le croquet. J'ai eu peur que cela surcharge l'ensemble et que le "plus" devienne dans ce cas l'ennemi du bien.
J'espère qu'elles vous plaisent !

A présent il ne reste plus qu'à acheter les friandises !





mercredi 29 novembre 2017

Sacs de billes



Après les autocollants à collectionner, les cartes Pokemon, les emojis à ventouse (oui...) ou les hand spinners (liste non exhaustive), la nouvelle coqueluche de la récré, c'est... ben, ce sont les billes !

J'avoue avoir été bien étonnée d'entendre ça, car je croyais qu'elles faisaient désormais partie du temps jadis; et qu'à l'ère du numérique, elles seraient irrémédiablement estampillées "has been".

Je me suis revue au même âge que Grand Lutin, apportant mon trésor à l'école, pour participer à des championnats des plus sérieux, et disputant des parties aux enjeux cruciaux, requérant adresse et concentration. J'étais plutôt bonne d'ailleurs, il me semble !...

Ainsi donc, après avoir été copieusement fournis en boulards, calots et billes de toutes sortes par leur Mamie, mes Lutins sont entrés eux aussi dans la compétition. 

Cela n'a pas manqué, j'ai été réquisitionnée pour fournir officiellement mes champions en sacs de billes, de préférence pas ceux de Monsieur-tout-le-monde.

Après avoir surfé sur internet nous sommes tombés sur des pochons lapins, initialement prévus pour offrir des chocolats de Pâques. Ceux-ci ont suscité un très grand enthousiasme chez Grand Lutin, qui a un doudou lapin (et qui, sous ses airs de "grand", garde souvent une âme de petit Lutin 😉)

Logiquement, son petit frère a réclamé un sac pingouin (je vous parlerai prochainement de sa passion pour cet animal). 
Alors là, il a fallu faire preuve d'imagination car il n'y avait pas de modèle sur internet (les gens offrant rarement des chocolats dans des contenants en forme de pingouin, il faut l'avouer).

Voici donc ce que cela donne.

Le lapin est réalisé à partir d'un lin beige et d'un tissu vert tendre pour les oreilles et la doublure. Les yeux et la frimousse sont brodés. 






Le pingouin, quant à lui, est également composé de 2 tissus; le blanc étant utilisé aussi pour la doublure.
Des boutons forment ses yeux; le bec, les pattes et le petit poisson sont en feutrine. 
Les joues sont en "blush" peinture (matériel "Tilda"). 
J'ai fait le patron moi-même.
Et comme j'aime bien que mes petits projets me donnent l'occasion de progresser, j'ai réalisé pour la première fois un appliqué à la machine pour coudre le visage sur le corps.






 A présent, que le meilleur gagne !

Patron du pochon lapin ici.